Une expertise territoriale destinée aux élus

Saisie ou confiscation de biens : des mesures municipales impossibles

Un arrêté municipal ne peut pas prévoir la saisie ou la confiscation d’un bien ayant servi à commettre une infraction.

“S’agissant de la confiscation, il s’agit en droit pénal de la peine par laquelle est dévolue à l’État tout ou partie des biens ou droits incorporels d’une personne (article 131-21 du code pénal), sauf disposition particulière prévoyant leur destruction ou leur attribution. Le pouvoir de prononcer une peine n’appartenant qu’au juge, un arrêté municipal ne peut donc pas contenir la notion de confiscation.

S’agissant de la saisie, elle est quant à elle entendue comme le placement sous main de justice de tout objet, document ou données informatiques nécessaires à la manifestation de la vérité (article 97 du code de procédure pénale). Elle est également prévue par les textes pour garantir l’exécution de la peine complémentaire de confiscation. La saisie est opérée dans le cadre d’une enquête préliminaire ou de flagrance, ou dans celui de l’instruction. Il s’agit donc d’une prérogative de police judiciaire, qui ne peut être ouverte que par la loi. Le maire ne peut donc pas prévoir de saisie d’objets dans un arrêté municipal.”

JO Sénat n° 12837 du 23 septembre 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
X